Skip to Content

Au fil du temps

1886-1936 Istanbul, berceau des rêves

Aujourd’hui acteur incontournable sur l’échiquier international de la joaillerie, la Maison Adler débute sa formidable saga à Istanbul, en 1886.

C’est dans ce centre mondial de la joaillerie d’alors, au croisement de toutes les cultures, que Jacques Adler, orfèvre austro-hongrois formé dans la plus pure tradition viennoise, fonde le premier atelier. Ses créations font bientôt le bonheur des grands de l’Empire et le nom d’Adler devient une référence incontournable sur les deux rives du Bosphore. 

1937-1971 L’art de transmettre

Enseigne prospère, Adler est avant tout une Maison où le savoir-faire joaillier se transmet de génération en génération. Ainsi en 1937, Edouard Adler, le fils de Jaques, intègre la joaillerie.

Les petits-fils, Franklin et Carlo, sont initiés dès leur plus jeune âge aux finesses et à l’exigence de l’orfèvrerie. Le petit Franklin, alléché par la promesse d’un gâteau au chocolat, vient souvent aider son grand-père Jacques. La passion joue son œuvre et, dès 1963, Franklin Adler s’investit totalement dans la Maison de joaillerie. Sous son impulsion, elle va très vite s’ouvrir à de plus vastes horizons. 

1972-1979 À Genève, un nouvel essor

Fidèle à son âme cosmopolite, la Maison trouve un écrin à sa mesure avec Genève, la capitale internationale de la joaillerie.

En quelques années fleurissent trois boutiques : pilotée par la troisième génération, Carlo et Franklin Adler bientôt rejoint par son épouse, Leylâ, l’entreprise prend un nouvel essor. Elle acquiert un rayonnement international marqué par son esprit d’indépendance : Adler maîtrise toutes les étapes nécessaires à la production d’un bijou, de l’approvisionnement des pierres à la création, de la réalisation à un réseau de distribution intime et chaleureux.

1980-1985 La création dans tous ses états

De Vienne à Istanbul pour enfin s’établir à Genève,  la trajectoire de la Maison Adler est aussi une épopée culturelle.

Témoin privilégié des périodes fastes d’Europe centrale, la famille Adler a toujours été proche des milieux artistiques et culturels. Riche d’une histoire aux influences multiples et mondiales, elle a su en donner une interprétation magistrale au fil de ses collections.

Dès 1980, Adler se spécialise dans le diamant taille baguette auquel la Maison apporte une sensualité inédite.


Célèbre pour ses pièces uniques et son savoir-faire de Haute Joaillerie, Adler lance en 1982 sa première ligne de bijoux baptisée "Sérail", qui marque le début de nouveaux succès dans un registre plus abordable, issu de la grande tradition joaillière.

1985-2015 Un rayonnement international

Adler devient une marque de renommée mondiale. De la rue du Rhône de Genève à Hong Kong en passant par Londres et Gstaad, c’est le début d’un succès retentissant à l’international, où les créations de la marque sont plébiscitées.

De 1998 à 2015, des corners ou des shop-in-shop suivront à Tokyo, au Qatar ou en Azerbaïdjan, tout en restant fidèles à l’esprit d’origine de la marque: un accueil chaleureux, un climat de proximité et un service sur-mesure qui sont les valeurs d’une Maison de joaillerie familiale.

Un esprit d'innovation

Imprégnée d'histoire et de culture, la création chez Adler a toujours été tournée vers l'innovation, en symbiose avec l'air du temps.

Dès 2004 - alors qu'Allen Adler, issu de la quatrième génération, rejoint la joaillerie - la Maison lance de nouvelles lignes de joaillerie qui vont vite devenir iconiques : "Les Multiples".

Dans le même temps, la Maison intègre à ses collections des matériaux rares ou inédits dans le monde de la joaillerie. Le bois, puis le titane ou encore le carbone en 2009 témoignent d’un esprit pionnier et d’un formidable souffle créatif, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles émotions esthétiques. 

Collection "Éclipse"

En 2013, la Maison a souhaité mettre à profit toute son expérience créative et son savoir-faire en haute joaillerie au service d'une nouvelle collection nommée "Éclipse", inspirée par les mystères de la lune.

 

Back to top